27/02/2016

Arbre à Vent.Genève

 

le Français Jérôme Michaud-Larivière. L’absence d’engrenages, de courroies et de pales la rend particulièrement silencieuse.

Eolienne.ge.1.jpg

Un arbre d’une nouvelle espèce a poussé à Champel, le long de l’avenue Louis-Aubert. Il se distingue par son tronc tout blanc et son feuillage vert même en plein hiver. Autre particularité: alors que les feuilles des autres arbres transforment le gaz carbonique en oxygène, les siennes produisent du courant électrique. Le premier «Arbre à Vent» de Suisse a été inauguré hier par la banque Piguet Galland, qui a acheté cette invention révolutionnaire à laquelle elle s’intéresse déjà depuis trois ans, alors qu’elle n’était encore qu’en conception.

Eolienne.ge.2jpg.jpg

Chacune des 63 feuilles de cet arbre est une micro-éolienne capable de générer de l’électricité même par faible vent. Elles commencent à tourner sur elles-mêmes avec une légère brise de 5 à 6 kilomètres/heure. Hier, il n’y avait pas assez de vent pour cela, mais selon Olivier Calloud, le directeur général de la banque Piguet Galland, le déplacement d’air provoqué par le passage de camions ou de bus suffit déjà à les mettre en branle.

Eolienne.ge.6.jpg

En principe, cette installation de 4000 watts de puissance installée doit couvrir 83% des besoins électriques d’un ménage de quatre personnes (hors chauffage), ou assurer l’éclairage à basse consommation de 100 m2 de bureaux, ou encore permettre à une voiture électrique de parcourir 16 364 kilomètres par an.

 

 

Les commentaires sont fermés.